Contactez-nous

 
26 rue Paul Mamert
33800 Bordeaux
 
0556910484
0633307975
 

La Compagnie

Nos complices


LE TRIO D'EN BAS

Nous avions invité le Trio d’en Bas à participer à la 1ère grande Revue Mécanique à Pessac en mai 2009. Ravis de cette nouvelle collaboration artistique, nous avons voulu réitérer l’expérience pour une deuxième Grande Revue Mécanique en décembre 2009…et une troisième en juin 2010, pendant le festival Sur le Vif !…en espérant une prochaine rencontre !

Fondée en 2003, la compagnie Trio d’en bas est l’aboutissement du cheminement artistique de trois musiciens atypiques : Arnaud Rouanet, Yoann Scheidt et Samuel Bourille. Jusque-là, chacun d’eux s’était enrichi de multiples expériences et confrontations auprès de différents artistes pour finalement se retrouver sur les chantiers transartistiques de la compagnie Lubat de Gasconha. Avec l’amitié comme fondement et l’aventure humaine comme piment, c’est le désir de recherches et d’expérimentations artistiques qui les a logiquement rapprochés.
Aujourd’hui la compagnie Trio d’en bas creuse son sillon à la force du poignet, métaphore assumée du travail de paysans de la musique, artisans du son, apprentis artistes en formation à vie. « D’en bas » comme choix réfléchi pour rester toujours connecté à la réalité d’une condition artistique précaire. La compagnie revendique une vision sociale de la musique et de l’art en général. La dérive sociétale du tout commercial devient pour eux une source d’inspiration. Dans leur rapport à la scène, les propositions artistiques et esthétiques de la compagnie sont tournées vers une proximité et une interaction avec le public qui alimentent la représentation. Ce choix est assumé comme un regard posé sur la société du spectacle, car la démarche artistique est aussi une démarche politique.
Leur goût du détournement les amène à concevoir l’idée d’une « musique d’en haut pour la France d’en bas » : utopie d’un art accessible et exigeant, tentant de permettre à tout un chacun de redevenir propriétaire de sa part de cerveau disponible jusque-là vendue au plus offrant.
La musique de la compagnie Trio d’en bas se construit sur les multiples influences de ses membres. Adeptes du collage, de la superposition et du décalage entre les différentes formes musicales, c’est dans la diversité des propositions et dans l’absence de carcans que l’on trouvera le ciment qui fait la cohésion de l’ensemble du travail de la compagnie.
Depuis cinq ans, la compagnie Trio d’en bas navigue entre les concerts en version originale Trio et des formes hybrides issues des rencontres artistiques. C’est aussi dans la transversalité entre les différents arts et dans la rencontre avec d’autres artistes que l’on découvrira la part importante laissée à l’expérimentation éphémère, aux créations uniques, aux rencontres sans objectif ni finalité autre que l’enrichissement mutuel et la confrontation des idées et des pratiques. De la gratuité dans la rencontre artistique en somme.
Découvrez l’univers de la compagnie Trio d'En Bas  sur http://triodenbas.com

JULIE (sans son vélo qui pleure) LAGARRIGUE

Nous avons invité Julie sur le « jardin amoureux » écrit par Catherine Zambon et proposé pendant le festival Sur le Vif ! en juin 2010. L’expérience fonctionne : elle se joint à nouveau aux mécanos pour la création du «  jardin de la bêtise » et de « La grande revue Mécanique, épisode 4 : Les cafés du Désordre » pour la saison 2010-2011.

Julie Commence son apprentissage du piano à 7 ans, pour le plaisir. Entre à l'Ecole des Beaux Arts de Bordeaux en 1997.
Fonde un premier spectacle musical "Lépiceri", avec 3 autres supers nanas : c'est le début des folles aventures, "secousses dans les meetings, les salles "chiques" et grandes tournées "off" des festivals de théâtre de rue.
En 2000, intervient dans les écoles, monte de grands et beaux spectacles spectaculaires avec 500 enfants. Parallèlement, reprend le piano et le chant au CIAM (l'école des musiques actuelles de Bordeaux). Suit une formation en clown théâtre.
En 2000 et quelques, quand "Lépiceri " s'éteint, Julie continue d'écrire ses chansons.
En 2003, entame des études d'art-thérapeute à la faculté de médecine de Tours, qu'elle finira en 2005.
 En 2004, enregistre son premier album maquette intitulé Le vélo qui pleure ou le nez dans le guidon"...C’est le début de « Julie et le vélo qui pleure » avec Denis Lemoigne (Contrebasse), Julien esteves (Batterie)/ Bruno Frouin (Guitares)/ Julie Lagarrigue (Piano/ guitare/chant)
 En 2005 / 2006 tremplins Garorock et Milonga. Elle se retrouve sur les « petites scènes » des grands festivals tel que « Jour de fête », « Bastid’art » (Miramont 47), Festival des Bords de Garonne, premières parties Olivia Ruiz, Têtes raides, Bernard Joyet Edgar de l’est etc.) émission « sur mesure » (Sophie Viguier, France 3), et l’entendons dans plusieurs interviews radio.
En 2007, Julie se voit soutenue par Alhambra production (Box office) pour la création de son nouvel album " que nos yeux soient lavés".
Puis, c’est l’IDACC, (Institut Départemental de Développement Artistique et Culturel de la Gironde) début 2008, qui prend le parti d’organiser une résidence suivie d’une tournée de 10 concerts sur « les p’tites scènes » girondines. On peut revoir Julie dans plusieurs émissions d’Eric Perrin, France 3.
Le Conseil Général de Gironde prend la suite logique et soutient à son tour Julie et le vélo qui pleure pour les « scènes d’été 2009 ». Les festivals comme « Ouvre la voix », ouvrent aussi leurs pistes, et en mars 2008, Julie signe avec le label Vmusic pour la distribution de l’album.
2009, Julie est finaliste du tremplin Le Mans Cité Chanson (Lauréate d'une Master class avec Dominique Desmons sur l'interprétation en opérette et chanson française dans la prestigieuse Académie Musicale de Villecroze)
Un nouvel EP 6 titres « préproduction » sort, distribué par Vmusic contenant un duo surprenant écrit et chanté avec Edgar Daguier (Edgard de l’est)
Le Conseil Général de Gironde signe encore son soutient pour les « scènes d’été » 2010.
 Julie a eu le plaisir de participer à plusieurs projets d'enregistrements de maquettes ou d'album pour d'autres auteurs compositeurs / Edgar de L'est ("Ha la la")/ Mike Style (artiste congolais) / Tiou (Bordeaux)/Trois P'tits Points
Parallèlement à ces activités de « mécano », le spectacle musical et théâtral  « The sensationel duo » est monté en 2010.
Découvrez l’univers de « Julie et le vélo qui pleure » sur leveloquipleure.free.fr
 

PATRICE CAUMON

Depuis plusieurs années la compagnie tente d’approcher les mécanismes de la bêtise.
La bêtise, c’est toujours celle des autres…Jean-Philippe Ibos s’en est approché très près avec les textes de plusieurs de ses créations : « Les petits écrasés par les gros », « Petites misères, grandes peurs » et dernièrement les « Conaud Frères ». Pour la saison 2010-2011, nous continuons l’exploration en confiant la création d’un « Jardin de la Bêtise » à Patrice Caumon pour le festival Sur le Vif ! en mai 2011.

Patrice Caumon, 38 ans, est à la fois écrivain, chanteur, et comédien. Il a officié pendant dix ans dans le groupe les Oisillons tombés du nid et fonde en 2004 le duo Caumon & Costa. Il continue parallèlement à publier des livres, animer des ateliers d'écriture ou de scène et à jouer la comédie en tant qu'invité. Il avoue volontiers : "La scène, c'est chez moi".
 
Il suffit de lire les titres de ses chansons, livres et pièces pour comprendre qu'il est travaillé et fasciné par l'oral, le viscéral et le digestif. En effet, il a publié Les Plats qui font péter, 36 recettes propres à incommoder vos ennemis et se débarrasser des fâcheux aux Editions de l'Epure (2008), Un nouvel éloge de la masturbation (Sam Sufy, 2010), et La Mangeuse, une pièce pour le théâtre qui raconte l'histoire d'une femme qui a mangé toute sa famille. Ses chansons ont des titres évocateurs : Mon Caca, Mes parties comestibles, car, comme il le dit lui-même, "rien n'est plus difficile à digérer qu'un chagrin d'amour."
Découvrez l’univers de Caumon et Costa sur http://www.myspace.com/caumon
 

Catherine Zambon

Catherine Zambon a été notre invitée lors de notre première saison de compagnonnage en 2009. Ell est venue à Pessac tout au long de la saison 2009-2010, à la rencontre des habitants, un exercice qu'elle affectionne particulièrement. Nous lui avons confié l'écriture d'un "jardin amoureux" pour le première édition de "Sur le Vif !" en juin 2010. Cette première collaboration a suscité de nouvelles envies :  Jean-Philippe Ibos et Catherine Zambon décident d'écrire ensemble une série de textes  sur le thème « Œil pour Œil, Dent pour Dent »,  en s’inspirant de paroles d’enfants collectées dans quelques écoles primaires de Pessac. L'aventure "Oeil pour oeil" continue avec la publication du texte aux Editions Lafontaine en juillet 2012. 

Découvrez tout l'univers de Catherine Zambon sur http://www.catherinezambon.com/


 
Mentions Légales | Contact DEBUG